Techniques de coutellerie (et du métal)

LE FACONNAGE DE LA LAME

Emouture en coutellerie - technique de coutellerie - ThiersLA LAME FORGEE : 

L’acier chauffé est martelé et étiré jusqu’à l’obtention de la forme désirée. Certains artisans utilisent encore la force de leurs bras et la fameuse enclume mais bien plus souvent la forge est réalisée avec des marteaux-pilons.

LA LAME « DECOUPEE »

La forme de la lame est donnée à partir de bandes d’acier plat qui passent dans un découpoir où une matrice qui vient frapper cette bande d’acier et la découpe à la forme du couteau.  Cette découpe peut être réalisée avec des découpoirs mécaniques ou laser. Une matrice coute très cher mais possède une cadence elévée, elle est réservée à la moyenne ou grande série. Un Laser est très précis, il est réglable même pour des petites séries mais possède une cadence un peu moins elévée. Les progrès du laser avancent toutefois de jour en jour.

L’EMOUTURE ou « les prémices du tranchant » 

Cette étape à pour but d’amincir la partie du couteau qui va être tranchante. C’est une phase essentielle dans la conception d’un couteau.  Il existe différentes sortes d’émouture en fonction de l’utilité du couteau : creuse, plate, biseau 1 face, 2 faces, convexe.  

LA PREPARATION DU MANCHE

Perçage de la soie si le manche doit être riveté. La soie est la partie prolongeant la lame et qui permet de fixer le manche.  Certains manches sont pleine soie, C'est à dire que cette partie traverse complètement le manche. D’autres sont « demi-soie » et n’arrivent qu’à la moitié du manche.

LE TRAITEMENT THERMIQUE

Il a pour but d’augmenter la dureté et la résistance  de l’acier. Sans traitement thermique une lame ne garderait pas son tranchant ! Cette opération particulière nécessite des infrastructures adaptées. Dans la majorité des cas et surtout pour les fabrications en série, cette étape est réalisée par des sociétés spécialisées.  Les lames brutes sont chauffées à très hautes températures et refroidies + ou – rapidement  à l’eau ou à l’huile pour provoquer un choc thermique. Tous ces paramètres sont définis en fonction de l’acier utilisé, et de la dureté à obtenir. La lame est alors très dure mais elle peut être cassante, il faut donc faire le revenu.

A qualité d'acier équivalente, le traitement thermique est une opération essentielle car de ce traitement thermique va dépendre la qualité finale de la coupe. La nature de l'acier n'est pas le seul critère de qualité du coup. Un acier de très bonne qualité à la base mal traité fera un couteau.... inutilisable. L'ensemble des couteaux istyl fait appel à des procédés évolués de traitement thermique. Tout raté finit... au recyclage.

LE REVENU

La lame est réchauffée de nouveau à une température moindre que précédemment (250° et 300°), puis refroidie naturellement.  Le traitement thermique oxyde légèrement la lame qui prend un aspect rouillé et brute.

LE POLISSAGE

Il va donner son aspect définitif à la lame et lui donnera une finition brillante, satinée ou sablée. Cette opération est réalisée sur des tourets avec des  meules , ou des back stands.  Là encore cette étape nécessite un « savoir -faire «  incontestable.